Skip to content

10 conseils pour voyager en voiture avec un enfant en bas âge

Un long trajet en voiture avec un enfant en bas âge (à partir de 9 mois) ne s’improvise pas et relève souvent du défi. Il faut évidemment être super bien préparé mais surtout « espérer » que tout va bien se passer – car il y a moult paramètres qu’on ne peut contrôler et auxquels il faut savoir faire face en « live ». Alors on croise les doigts, avant et pendant le voyage. Pourvu qu’il n’y ait pas de bouchons. Pourvu qu’il ne me refasse pas l’intérieur de la voiture. Pourvu qu’il dorme tout le long du trajet. Etc. Bref, une épreuve à part entière que j’ai déjà surmontée un bon nombre de fois. Alors voici quelques conseils, en vrac. Tous issus de mon vécu de jeune Papa 007.

1. Prévoir des chiffons ou des sachets plastique au cas où votre enfant vomirait (les placer à proximité du siège enfant, pas dans le coffre bien entendu). Le cas échéant – il n’y a pas de risque zéro concernant les petits vomis en voiture – ne pas oublier de prendre du déodorant ou un produit qui enlève les odeurs à appliquer sur les éléments qui ont été « touchés » – et des vêtements de rechange pour votre mouflon!

2. Prévoir une protection contre le soleil du côté où votre enfant est assis. Personnellement, j’ai dû faire teinter les vitres ET installer un pare-soleil. Quand Maman veut quelque chose, j’exécute – dites vous bien qu’il y a des thématiques où ça ne sert à rien de discuter avec les femmes.

3. Environ une semaine avant le départ: retrouvez votre vieille Game Boy et entraînez vous à Tetris! L’objectif étant de réussir par la suite à caser TOUTES les affaires de la famille dans la voiture en un temps record. Surtout si, comme moi, vous devez charger la voiture très tôt le matin avant de partir… Attention, ne mettez pas d’objets lourds sur les sièges à l’arrière ou sur la plage arrière qui pourraient finir dans la tête de votre enfant en cas de freinage brusque ou d’accident.

Voyager en voiture avec un enfant

4. Prendre à manger – BEAUCOUP. Pour calmer d’éventuelles colères et « occuper » votre enfant (c’est un bonheur de rouler quand Super-Fiston mange, on ne l’entend plus). C’est plus efficace qu’un jouet, si si. Et surtout ne culpabilisez pas s’il ne mange pas sain (et de trop). Dites vous qu’il mangera des légumes le lendemain, pour compenser les biscuits et toutes les saloperies que vous lui aurez donné pendant le trajet. Attention, n’exagérez pas non plus (sinon relisez le point 1 de cette liste).

5. Prévoyez du divertissement suivant l’âge de votre enfant: peluches, livres, arc de voyage à clipser sur le siège auto, DVD etc. Et surtout ne lui donnez pas tous ses jouets d’un coup! Soyez rusé, un jouet après l’autre. Un enfant se lasse très vite, il serait dommage d’abattre toutes vos cartes d’un coup. Sinon, pour les plus courageux, vous pouvez aussi chanter ou jouer à cache-cache dans la voiture, tous sanglés (si si ça marche, je vous jure).

6. Faites du yoga ou de la gymnastique en amont de votre voyage pour éviter le mal de dos et les torticolis après le voyage – ce point est surtout valable pour le passager avant qui aura à se retourner TRÈS souvent. Comme par exemple pour récupérer la tétine qui finit sa chute – pour la 8ème fois consécutive – à des endroits inaccessibles (sous un siège à l’avant, entre la banquette arrière et la portière, etc.). Concernant ce point, je conseille d’attacher la tétine à l’appuis-tête avant avec un fil fin, histoire de la retrouver rapidement si elle venait à être balancée (volontairement) par votre enfant. Mais j’ai jamais essayé encore. Sinon prenez 10 tétines, c’est peut-être plus simple (mais plus coûteux).

7. Partez très tôt le matin (surtout en été) pour éviter les grosses chaleurs. Le fait de partir tôt vous permettra aussi de rouler TRANQUILLEMENT sur le début du trajet (votre mouflon continuera sa nuit dans la voiture). Si vous roulez en été, habillez vous aussi très léger dans la voiture – vous n’aurez pas le droit d’utiliser la clim (Maman me l’interdit car Super-Fiston pourrait prendre un coup de froid, j’imagine que je ne suis pas le seul dans ce cas).

8. Votre enfant dort? Roulez! Sans vous arrêter, le plus loin possible – même si votre vessie est sur le point d’exploser. Les enfants ont tendance à se réveiller dans les secondes qui suivent l’arrêt du véhicule ou du moteur. Du coup faites le plein la veille de votre départ: si votre enfant dort sur le début du voyage, il serait dommage de devoir s’arrêter « trop tôt » pour remettre de l’essence et réveiller votre mouflon par la même occasion. Attention aussi aux automobiles modernes: elles ont tendance à « bipper » pour un rien (alertes TMC du système de navigation, alertes « pause toutes les 2 heures », etc.). Mettez toutes les cartes de votre côté et veillez à ce que votre voiture bippe le moins possible (libre à vous de désactiver les options inutiles).

9. Ne rouler PAS comme James Bond. Rouler normalement, éviter de freiner trop brusquement. Si vous ne respectez pas ce conseil, relisez le tout premier point de cette liste (et doublez la quantité de chiffons et de sachets plastiques).

10. Faites une pause toutes les deux-trois heures environ (sauf si votre enfant dort bien entendu et que vous êtes toujours en forme). Histoire que votre mouflon se dégourdisse un peu les pattes. Et puis il faut lui changer la couche aussi. Toujours bien checker ce point avant de repartir!

Et si vous cherchez un peu de compassion auprès des autres automobilistes parents, mettez un sticker « Attention, petits monstres à bord » à l’arrière de votre véhicule. Tous comprendront que vous êtes en galère depuis 4 heures du matin. Limite certains vous doubleront avec une petite larme à l’oeil ou vous feront un signe de la main: « Courage, tenez bon! ».

N'hésitez pas à commenter cet article!

Laisser un commentaire