Skip to content

Alerte, ENCORE un appel de la crèche!

Dans mon dernier billet L’angoisse du téléphone portable, je vous expliquais que chaque coup de téléphone de la crèche (ou « Kita » en allemand) me fait angoisser. Ce qui n’a finalement rien d’anormal, on est bien d’accord. Si le choc émotionnel est brutal voire presque insoutenable AVANT même d’avoir décroché (les simples lettres K-I-T-A sur l’écran de mon téléphone qui sonne suffisent à me mettre dans tous mes états), il ne faut surtout pas croire que tout s’arrange APRÈS avoir décroché… Bien au contraire. Je vais donc vous raconter ici l’histoire de Papa 007 qui, après avoir reçu un coup de fil de la crèche, vole au secours de Super-Fiston.

Tout d’abord, il faut savoir que quand la crèche appelle, je n’ai pas le choix. Je DOIS décrocher. Impossible d’ignorer un appel de cette classe (alors que j’arrive à ignorer de manière majestueuse tous les autres appels entrants). C’est un peu comme quand le téléphone rouge sonne entre les Etats-Unis et la Russie. Je prends donc mon courage à deux mains et je décroche (je « swipe » pour être plus précis).

« Allô? » (voix tremblante et interrogatrice)

Que les choses soient claires: si ma voix tremble, c’est parce que je sais d’avance qu’il n’y a pas de place pour une bonne nouvelle quand la crèche appelle. Il s’est forcément passé quelque chose qui ne va pas me plaire… J’imagine toujours le pire: « Oui, on vous appelle, on a une urgence là. On a lâché des yeux Super-Fiston pendant 5,3 secondes. Il a mangé tous les gâteaux qu’on avait planqués dans la cuisine pour le goûter des enfants. ll a mal au ventre là, il faut venir le chercher ». Si j’arrive souvent à imaginer le pire avant de décrocher, parfois j’arrive aussi à me dire que tout va bien se passer, que la crèche appelle parce qu’ils ont quelque chose de bien à m’annoncer, comme par exemple:

– Bonjour Papa 007!

– Bonjour La Crèche, comment allez-vous depuis 7:30? (heure à laquelle j’amène Super-Fiston à la crèche)

– Bien, bien. On vous appelle simplement pour vous dire que Super-Fiston a fait un super dessin ce matin, nous pensons qu’il est surdoué et qu’il deviendra un artiste connu plus tard. Vous allez vous faire plein de tunes.

– Ah super, c’est cool. Ca fait plaisir à entendre.

– Voilà, c’est tout. Bonne journée à vous!

– Bonne journée, merci pour l’appel!

 

Je ne vous cache pas que lorsque je reçois un appel de la crèche, on est bien loin de ce genre de conversation complètement réaliste. En même temps ils ont autre chose à faire que d’appeler pour le plaisir des parents, soit. Et puis soyons sérieux. Je vais vous dire la vérité. Elle est en fait très courte (14 mots):

« Bonjour. Super-Fiston est malade. Il faut venir le chercher dans les 15 prochaines minutes. »

Et ouais. 15 minutes. Top chrono… Attention, ça ne rigole pas en Allemagne: on attend des parents qu’ils soient très réactifs. Et c’est donc une course contre la montre qui commence. Super-Fiston est malade, il faut aller le chercher et l’emmener chez le docteur. Et du coup annuler tout le planning de la journée: meetings, calls, restaurant, etc. Désemparé (pourquoi est-il ENCORE malade?), j’essaie tout d’abord de refourguer la tache à Maman. Normal quoi.

– Allô chérie, la crèche a appelé, le petit est malade. Tu as beaucoup de boulot? Tu as du temps?

– … (Pas de réponse)

– Allô? C’est vrai que c’est toi qui es restée à la maison avec le petit les 4 dernières fois qu’il était malade. Mais j’ai un meeting super important aujourd’hui…

– … (Toujours pas de réponse) Elle a certainement calé que cette histoire de meeting sent l’entube à plein nez

– Je te ferai 3 massages ce soir si tu t’en occupes… Je change de stratégie, j’essaie de l’amadouer

– Kof kof… (Elle tousse)

– Bon ok j’y vais… (Je capitule)

Ce sera donc moi, Papa 007, qui volerai au secours de Super-Fiston pour le sauver de ces méchants virus. Et chaque seconde compte. Il me faut alors communiquer à mon chef et à l’équipe que je dois partir immédiatement. Forcément, je dramatise un peu la situation (même si je suis dans mon droit): « Super-Fiston a 40°C de fièvre, il va mal, il tousse, il est déshydraté. Je pense qu’il s’est chopé un virus à ARN monocaténaire segmenté de polarité négative. Une grippe quoi. Il faut que je l’amène chez le docteur. Au plus vite ». Je m’éclipse ensuite en rampant et en longeant les murs de l’open-space, histoire qu’on m’oublie…

En arrivant à la crèche, je récupère un Super-Fiston qui est un peu amorphe, en effet. Je l’emmène dans la foulée chez le docteur. Résultat des courses après une petite demi-heure d’attente: le nez est pris, un peu de fièvre mais rien de grave. Super-Fiston ne reçoit aucun médicament (il est encore trop petit pour ça). Il faut simplement lui déboucher le nez avec de l’eau salée. Je le rhabille, on dit « Tschüss » au docteur et on rentre ensuite à la maison.

Pour être sincère avec vous, je jubile déjà à l’idée de siroter un jus de fruits sur le balcon, au soleil, pendant que Super-Fiston, fiévreux, dort (oui je suis un père ignoble qui préfère se la couler douce au soleil au lieu de rester au chevet de son enfant malade). Je mets donc Super-Fiston au lit. Et là, un truc de dingue se passe: il s’endort en même pas 3 secondes… Et moi je file sur le balcon boire mon jus de fruits.

Vous ne croyez quand même pas tout ce que j’écris j’espère?…

En fait, c’est la galère car Super-Fiston ne veut PAS dormir bien qu’il soit malade. Déconcerté et après 10 minutes de lutte pour essayer de l’expédier au pays de Morphée, je décide de lui changer la couche (qui est sur le point de déborder). Peut-être que c’est pour ça qu’il ne dort pas, qui sait? J’en profite aussi pour prendre sa température. Et là il se repasse un truc de dingue: la fièvre a disparu! Et Super-Fiston pète la forme. Il veut faire une cabane avec les draps du lit, il veut qu’on construise ensemble une caserne de pompiers, il veut qu’on lise un livre, etc.

Je me trouve alors dans une impasse. Impossible de le ramener à la crèche car un enfant doit rester au moins 24h sans fièvre avant de pouvoir réintégrer l’effectif. Impossible de retourner bosser (ou de glandouiller sur le balcon) car il faut que je m’occupe de lui. Je réfléchis. Il doit bien y avoir une solution…

« Mais n’est-ce pas ma mission principale en tant que Papa 007 de m’occuper de Super-Fiston en passant du temps AVEC LUI, à lui expliquer les choses de la vie, à jouer avec lui, à lui raconter des histoires, à prendre soin de lui, … ? » (la liste est longue)

D’un coup, je culpabilise. Oui, oui, je suis un gros égoïste. Puis je sourisImaginez à cet instant une musique triste. Du piano. La même musique qu’on entend à la fin de tous les films américains qui finissent en « happy end ». Et surtout ne pleurez pas (même si c’est beau): on passera donc quelques heures entre père et fils, à boire du jus de fruits, des bières et du lait, allongés sur le canapé à mater le sport sur Sky, à bouquiner et à rigoler. Bon, ne soyez pas dupes: ce genre de moments ne dure malheureusement pas longtemps, une vingtaine de minutes à tout casser. Une fois l’épisode du canapé et de la télé passé, je dois m’accrocher pour les 3h restantes à passer avec Super-Fiston, jusqu’à ce que Maman rentre du boulot en fin d’après-midi pour prendre la relève… Imaginez moi en train de courir après Super-Fiston sur la musique de Benny Hill en fond sonore (pour ceux ou celles qui ne connaissent pas, n’hésitez pas à cliquer sur le lien). Et surtout souhaitez moi bon courage, merci d’avance.

4 commentaires

  1. Les appels de la Kita, je redoute aussi. Sauf que nous, ils savent bien qu’au mieux nous serons là dans les 45 minutes.
    Le truc super chiant c’est que quand la Kita appelle et qu’on doit récupérer le gamin, il est ensuite obligatoire d’avoir un Gesundschrift du médecin avant d’avoir le droit de le ramener à la Kita. Souvent cela veut dire trois jours à la maison.
    1 jour: récupérer fiston à la crèche et aller chez le médecin si encore ouvert.
    2 jour: rester à la maison qu’il retrouve la santé
    3 jour: chez le médecin pour vérifier qu’il va effectivement mieux et récupérer le Gesundschrift (payant non remboursé par la Krankenkasse!)
    Le planning de la semaine en est tout chamboulé.
    Parfois la crèche appelle car il a de la fière, mais une fois arrivé à la maison il n’a que 37,9°C et qu’il pète la forme…

  2. Bonjour Thomas, merci pour votre commentaire! Quand je dis 15 minutes, c’est un poil exagéré… 😉 Mais pas tant que ça finalement, ils attendent toujours qu’on soit très réactif pour venir chercher le petit. Sinon la règle ici pour que Super-Fiston puisse réintégrer la crèche, c’est 24h sans fièvre. Ils font confiance aux parents, pas besoin de passer une deuxième fois chez le docteur en ce qui nous concerne, ouf… Du coup pas besoin de « Gesundschrift » non plus. Cette étape ne vous facilite vraiment pas les choses: est-ce spécifique au Land où vous habitez ou à votre Kita? Par contre je négocie toujours un certificat médical chez le docteur, pour l’employeur et surtout pour se faire rembourser la (ou les) journée(s) non travaillée(s) par la Krankenkasse (« Kinderkrankengeld »).

  3. Je ne sais pas si le Gesundschrift est dépendant du Land. Mes collègues qui habite Berlin ou le Brandenbourg, ils ont le même « souci ».
    De toute façon entre ce qui est des règles légales et celles spécifiques à la Kita je m’y perds. Le meilleure exemple est l’épidémie de rougeole qui sévit actuellement à Berlin. La vaccination n’est pas obligatoire par contre la Kita nous a forcé à devancer le rappel de vaccination de quatre mois.
    Il y a d’autres règles étranges, comme par exemple l’interdiction qu’ont les éducatrices de notre Kita à badigeonner les enfants de crème solaire (http://www.sonnenschutz-kindergarten.de/informatives-und-rechtliches-zum-thema-sonnenschutz-im-kindergarten/). Il a aussi été communiqué aux parents de ne pas habiller les enfants avec des vêtements trop prêt du corps (slim-fit), car sinon ils perdent trop de temps à les changer.

    • Merci Thomas pour votre témoignage. Certains points sont tout bonnement hallucinants, je ne savais pas… Ici sur Hambourg « alles Roger ». Je me sens finalement privilégié en vous lisant. Surtout tenez bon! :)

Laisser un commentaire