Skip to content

Dresde: le coup de foudre

Ça fait pas mal de temps que je voulais aller à Dresde. Il parait que la ville est super jolie. Ça tombe bien, nous avons eu la possibilité d’y passer quelques heures le weekend dernier. Nous avons rendu visite au frère de Madame qui y habite depuis peu. Mais c’est où exactement? Et bien en Allemagne de l’Est – en dessous de Berlin, à une heure de la Pologne et de la République Tchèque. Plus de 500.000 personnes habitent à Dresde, ce qui équivaut environ à la population intra muros de Lyon (en France) pour vous donner une idée de la taille de la ville.

Vous connaissez certainement Dresde si vous avez suivi l’actualité ces derniers mois: la ville n’arrive pas à se défaire d’une mauvaise réputation en raison des rassemblements Pegida qui y ont lieu. Une bande de demeurés qui se sentent en danger face aux personnes d’origine étrangère et qui défendent leur pain à coups de xénophobie. Enfin bon. On n’en a pas croisé un durant tout le weekend à Dresde. Et puis pour vous dire la vérité, on a plutôt vu – en plus des touristes – des gens ouverts et « alternatifs ». Finalement, Dresde, c’est aussi une ville contre tous ces mouvements de l’extrême droite. Mais ça, la presse oublie souvent d’en parler.

Dresde: un centre ville historique

Nous commençons notre visite par le quartier de la vieille ville. Cette partie de la ville a été détruite pendant la deuxième guerre mondiale, puis reconstruite. Le résultat est surprenant, c’est magnifique. Nous nous mettons en mode « touristes » et nous rendons à la place du théâtre où se trouve l’opéra, enchainons ensuite avec le Palais du Zwinger qui a été réalisé sur l’ordre du roi August II dit « Le Fort » entre 1709 et 1732. Bref, la ville regorge de culture.

Dresde: le coup de foudre / Centre historique

On en profite ensuite pour grimper en haut de l’église « Frauenkirche ». 8 boules par personne pour accéder à la coupole et profiter d’une vue imprenable sur Dresde – ce n’est pas donné mais c’est pour la bonne cause (à défaut de donner la dîme car je ne vais que très rarement à la messe). Le prix inclut quelques petites montées d’adrénaline en ce qui me concerne. Oui, j’ai chopé le vertige en vieillissant. Ça grimpe un peu, mais rien d’insurmontable. Depuis la coupole de l’église, on distingue clairement de grands espaces verts le long du fleuve qui traverse la ville. J’imagine déjà le squattage de pelouse sur les bords du fleuve en été. Barbecues, bières et bikinis. C’est cool. Vraiment cool. Il s’agit d’ailleurs du même fleuve qui coule à Hambourg où nous habitons, à savoir l’Elbe! Nous redescendons de l’église et avançons vers le balcon de l’Europe, à savoir une grande terrasse de plus de 500m avec vue sur l’Elbe. En bon français, je me jette en chemin sur un restaurant. Le resto s’appelle le Kutscherschaenke. On est en février, ça caille un peu. Je commande une soupe « goulache » pour me réchauffer. Une des spécialités de la région. Et un bretzel salé. Un régal.

Dresde: le quartier alternatif de Neustadt

De l’autre côté de l’Elbe commence le quartier tendance de Neustadt. Et là, c’est la grosse claque. On imaginait une petite place avec deux trois bars, un restaurant et quelques étudiants hipster en train de fumer des F6 devant leur Macbook. Le quartier est finalement bien plus grand! Et bien cool avec plein de graffitis, des dreadlocks et une vraie scène « alternative » – une population comprenant musiciens, artistes, étudiants et jeunes familles. A donc à peine quelques minutes de marche du centre ville historique, on découvre moult petits bars et restaurants qui s’étalent dans les rues de Neustadt.

Dresde: le coup de foudre / Neustadt

Dresde: le coup de foudre / Neustadt

Dresde: le coup de foudre / Neustadt

Il y a aussi plein de petites cours intérieures où sont planqués des cafés pour bruncher, faire la fête ou encore tout simplement boire quelques Radeberger (bière de la région). Le quartier n’a donc rien à envier à un Berlin Kreuzberg par exemple. On enchaîne les rues avec un sourire aux lèvres, on imagine même acheter un appartement ici – grand avec au moins 5 pièces – l’immobilier y étant encore abordable par rapport à Hambourg… Bref, on se sent bien ici.

N'hésitez pas à commenter cet article!

Laisser un commentaire