Skip to content

Nouvelle tendance: le « Bidonpainting »

En mettant Super-Fiston à l’école, on pensait que les choses s’arrangeraient, qu’il apprendrait plein de choses utiles et arrêterait de faire des bêtises à la pelle. Et bien c’est loupé. Super-Fiston s’est récemment mis à la dernière tendance du moment: le « Bidonpainting ».

Écolo, cool et surtout bien marrant, le « Bidonpainting » consiste à utiliser son ventre comme espace de travail pour gribouiller et/ou dessiner. Crayons-feutres ou encore gouache – tout y passe. A partir du moment où ça marque la peau. Depuis environ une semaine, je récupère donc un Super-Fiston artistique en allant le chercher à l’école. Ça me fait penser à Keith Anderson, le Papa qui se fait tatouer les dessins de son fils sur le corps.

J’ai tout d’abord pensé que le petit se fait martyriser par les plus grands à l’école. Genre: « Si tu me donnes pas ton dessert, je te refais le ventre au feutre cet aprèm ». Mais bon. Après avoir mené une petite enquête, apparemment, c’est bien lui l’artiste. Je vous laisse apprécier sa dernière oeuvre en date. En toute objectivité (c’est mon fils), je trouve ça magnifique.

Alors oui, comme vous, j’ai rigolé la première fois. La seconde fois, j’ai simplement souri. La troisième fois, je me suis un peu énervé. Le problème, c’est qu’il faut nettoyer tous ces beaux tatouages le soir. Et ça ne part pas toujours du premier coup. Il faut frotter, sur plusieurs jours. Un autre problème s’ajoute au premier: l’artiste n’entend bien entendu pas qu’on efface son oeuvre de « Bidonpainting ». Alors je dois batailler avec Super-Fiston, argumenter et ruser pour arriver à passer quelques coups de gant de toilette sur son bidon. C’est épuisant.

Et vous, ça se passe bien avec vos mouflons à l’école?

N'hésitez pas à commenter cet article!

Laisser un commentaire